SPLA : Portail de la diversité culturelle
Kamercultures

"Ecrire pour la marionnette" : résidence d'écriture à Kribi

Avec des auteurs camerounais et français
  • Ecrire pour la marionnette : résidence d'écriture à [...]
Genre : Formations
Contact Martial E. NGUEA Attaché de Presse''Camaroes 2010.'' Tel...237 96 25 98 32
Rubrique : Théâtre

Le Théâtre Le Guignol de Lyon et l'association camerounaise Le Jeune Auteur développent ensemble des projets réunissant auteurs africains et français

RESIDENCE D'ECRITURE LE CAMAROES 2010

Le nom Camaroes reste très symbolique. Il découle de l'expression portugaise " Rio dos Camaroes" signifiant " la rivière des crevettes" et désignant le fleuve pendant les périodes d'exploration européenne en Afrique. De là découle le nom de notre pays, le Cameroun.
Nous refusons d'être des crevettes rôties dans l'huile et bouffées sans pudeur ni remord par les systèmes.
Nous voulons être ces forces qui se meuvent dans l'eau pour redynamiser le monde et lui donner vie.
Voila pourquoi la résidence d'écriture le Camaroes 2010 prendra la route de l'océan afin que l'eau inspire le créateur des idées et des formes. Ce sera donc à Kribi, dans la région du sud Cameroun.
Après trois éditions, nous pensons avoir suffisamment d'expérience pour former un socle solide.
La résidence le Camaroes est de plus en plus sollicitée par les auteurs de par le monde.
Elle est organisée par une équipe solide et dynamique, fondée sur un esprit de groupe avide de réussite.
Elle bénéficie de la confiance du Ministère de la Culture du Cameroun, principal soutien de l'association le Jeune Auteur.
Elle s'associe pour la première fois à la Compagnie des Zonzons, partenaire institutionnel riche d'une grande expertise.
Si notre défaillance se situe au niveau matériel, nous pensons pouvoir mériter le crédit des bailleurs de fonds culturels pour soutenir notre élan de cœur.
1 Activités

La résidence d'écriture le Camaroes 2010 se déroulera du 1er juillet au 09 août 2010 à Kribi au Cameroun. Elle sera animée par Stéphanie LEFORT directrice de la compagnie des Zonzons et les travaux porteront sur l'écriture dramatique pour la marionnette.
Le programme se déroulera comme suit :
- les ateliers
Afin que l'esprit d'échange et de création que nous voulons à cette résidence puisse s'exercer entre tous les résidents.
Les travaux en ateliers se dérouleront dans les matinées.
- les lectures critiques des manuscrits
Les auteurs doivent s'imprégner davantage de l'art de la critique littéraire. Chaque auteur soumettra ainsi son texte à une restitution critique de ses camarades et il naîtra alors des échanges édifiants.
Il consistera pour la Directrice des ateliers d'apprécier l'élan et le niveau des textes soumis comme projets d'écriture.
Cette activité se déroulera en après midi.
- le visionnage des spectacles
En fonction des sensibilités de la Directrice des ateliers, elle offrira des moments d'illustration par rapport aux concepts ressortis des ateliers. Il sera question de braver la distance entre l'écriture et la mise en scène.
L'activité est prévue pour l'après midi
- les quartiers libres
Des moments seront aménagés aux auteurs résidents afin de permettre à chacun d'écrire son texte.
- les lectures publiques
À la fin de la résidence, il sera organisé une lecture publique où chaque résident devra présenter son projet au public.
Les textes finis seront présentés aux éditions partenaires pour publication

2 Résidents attendus

L'appel à candidature a été lancé.
La sélection des résidents pour le Camaroes 2010 se fera par un comité d'experts indépendants désignés par le Jeune Auteur et la Compagnie des Zonzons, partenaires associés pour l'organisation de cette résidence d'écriture.

Il s'agira d'accueillir des auteurs résidents et une Directrice d'atelier dans l'ordre de :
- 3 auteurs résidents Camerounais
- 3 auteurs résidents étrangers Européens
Dans la liste
-Wakeu Fogaing
- Martin Ambara
-Botomogne
-Chantal Bonono
-Judith Lesur
-Stephanie Lefort(Directrice des ateliers)
Les résidents seront tenus de remettre la finalité de leurs projets d'écritures à la fin de la résidence pour publication et édition.
3- Kribi Loisirs Vacances
En partenariat avec la mairie de Kribi 1er, les deux associations animent les camps de vacances avec les élèves de la ville de Kribi du 07 au 27 juillet 2010 dans la salle communautaire de Mboamanga. 50 enfants dont l'âge est compris entre 05 et 18 ans, apprendront à Ecrire des textes dramaturgiques, les arts plastiques et le théâtre.
STEPHANIE LEFORT, AUTEURE, DIRECTRICE DU THEATRE LE GUIGNOL DE LYON/COMPAGNIE DES ZONZONS



On sait combien la marionnette a pu contribuer à enrichir la mémoire collective des hommes. On sait moins quel rôle d'importance elle a pu jouer tout au long d'une histoire de l'art en perpétuel renouvellement de ses formes. A la recherche de mots, de sons, de couleurs, de matières et de rythmes pour suggérer notre manière d'être au monde, de très nombreux artistes ont suivi le chemin de la marionnette. Elle inspire, ou s'inspire, car l'art de la marionnette est propice à toutes les révolutions.
Plus modestement, l'ambition de l'atelier d'écriture pour la marionnette sera de dégager l'horizon autour d'une pratique qui n'est pas seulement traditionnelle et figée dans des conventions. Rendre ses lettres de noblesse à la marionnette c'est aussi rendre au geste artistique toute sa dimension singulière : manipulation des sens, ou manière de porter un regard curieux sur l'autre, comme un marionnettiste tient son pantin à distance pour mieux en éprouver les vérités.

NOTE D'INTENTION

Cherchant à appréhender le monde par sa forme poétique, voire métaphorique, les jeunes auteurs se sont trouvés sur un terrain très proche de l'univers de la marionnette. En rupture avec la forme narrative, les auteurs cherchent à produire des modifications de sens et la déstabilisation des idées reçues, à sortir les mots de leur définition : paroles discontinues, déflagration de sons, polyphonies… (Stéphanie Lefort, "Le corps à l'ouvrage")

Ecrire pour la marionnette ?

Un gros point d'interrogation parce qu'il n'est pas du tout évident qu'il existe une écriture spécifique pour la marionnette.
L'atelier d'écriture ne cherchera pas à résoudre cette complexe équation, mais à se l'approprier, à tourner autour d'une imparfaite réponse, à explorer des pistes d'écriture, à imaginer une sorte de safari mental qui nous mènera directement du point A (la valeur
ajoutée d'une marionnette sur scène) au point B (trouver LES VOIX de la marionnette), EN PASSANT PAR le point Z (nécessaire sinuosité de la pensée), et non pas l'inverse, et encore moins le contraire.
J'ai bien écrit les voix de la marionnette et non pas les voies. La marionnette, disait Paul Claudel, ça n'est pas un acteur qui parle, c'est une parole qui agit.J'aurais aimé ne pas faire référence à Paul Claudel, que je trouve un peu ennuyeux - et peu marionnettique - mais je n'ai pas trouvé de réflexion plus pertinente pour poser la question de la marionnette. Une parole qui agit. C'est-à-dire, je crois, l'alliance du geste (mouvement-mouvement-mouvement) et du verbe (mots-mots-mots).

Du symbolique et du physique.
La marionnette, c'est du langage qui traverse l'espace.
C'est du langage qui pénètre les corps des spectateurs, qui s'insinue jusque dans les coulisses, qui embrasse la scène, s'agrippe aux pendrillons, bref,c'est un langage-matière, non pas une brise, une exhalaison, mais du bois, des ronces, du carton, du muscle, de la peau, des raclements de gorge, des rêves articulés aux branches des arbres.L'écriture d'un théâtre pour la marionnette est une quête de la forme.
Si la parole PEUT être dite, elle DOIT être montrée.
Ecrire pour la marionnette, c'est faire œuvre de sculpteur.
C'est inventer le chaos, la démesure : la marionnette n'a pas de limite. Elle se fiche bien du réalisme psychologique, elle se fiche bien de l'unité de temps et de lieu, elle se fiche bien de faire semblant d'être vraie.
La marionnette est un artifice, un simulacre, une manière aussi de dire au public : tout n'est qu'illusion, mais crois avec moi.

Ecrire pour la marionnette, c'est faire œuvre d'artificier : allumer la mèche et faire exploser les mensonges du réalisme politique.

La marionnette c'est le symbole de la complexité du monde : à la fois une et plurielle, vivante et morte, présence de l'homme et absence des corps, ombre et lumière. Elle met sous nos yeux l'évidence des multiples liens qui nous relient au monde, à la nature, aux hommes, à l'indicible de notre futur, à nos mémoires brûlées, à l'ici et maintenant, à toi et moi et eux, au JE-NOUS, à la peur du IL, au silence des ELLES.

Ecrire pour la marionnette, c'est faire œuvre de grammairien : il faut inventer la syntaxe d'un monde en construction.L'atelier sera aventureux. Il s'agira de sortir du familier, du déjà vu.
A la fois se dérober au monde et s'unir à lui (Frantz Liszt) Celui qui trouve, c'est qu'il n'a pas bien cherché.
Ou alors, comme disait Pierre Soulages : "ce que je trouve m'apprend ce que je cherche".Alors on cherchera.
Et on fera tout pour se perdre.

On essaiera de remplir l'espace de bruits inaudibles, de chuchotements de fougère, on tentera de mordre le cul des anges, on allumera un feu de forêt dans un sauna norvégien, on cassera le ciel pour voir ce qu'il y a derrière.

Quelques remarques pratiques :
L'atelier est un laboratoire de recherche proposé à 10 ou 12 personnes.
Il y aura : de l'écriture, de la lecture, de la discussion, du débat, de la tentative de mise en forme et en matière, de la tentative d'interprétation aléatoire, une restitution finale des textes écrits et toutes les choses imprévues qui surgissent en marge de nos belles expériences.


LA COMPAGNIE DES ZONZONS, PARTENAIRE DE L'ASSOCIATION LE JEUNE AUTEUR


En mars 2009, lors d'un voyage d'étude à Douala, l'occasion m'a été donnée de rencontrer l'association Le jeune auteur en résidence d'écriture à Bonendalé.
J'ai été très séduite par le travail en cours des auteurs présents : l'écriture, très éloignée des codes de narration classique, témoignait d'une recherche exigeante sur la manière de dire le monde moderne sans tomber dans les travers d'une nostalgie stérile.
J'ai aimé les formes nerveuses des textes, le symbolisme qui s'en dégageait suggérait, plus qu'il ne soulignait, une volonté forte de déconstruire les vieux académismes pour faire naître un langage original.
Cette démarche m'a tout de suite rappelé celle des nombreux marionnettistes dont je croise chaque année la route. Directrice du théâtre le Guignol de Lyon, et programmatrice de la biennale internationale des marionnettes à Lyon, je suis toujours frappée par la multiplicité et la singularité des formes que nous proposent ces artistes de la matière.
La question de l'écriture pour la marionnette traverse depuis longtemps les réflexions liées à l'art de la marionnette.
Cette rencontre fortuite dans le village d'artistes de Bonendalé était plus qu'un hasard. J'y ai vu le signe que le travail de recherche et d'expérimentation que nous menons en France devait s'enrichir de l'imaginaire des jeunes auteurs camerounais.
Le théâtre le Guignol de Lyon/Compagnie des Zonzons avait donc toute légitimité à accepter sans hésiter la proposition de partenariat de l'auteur camerounais Boto Botomogne.
Nous voilà aujourd'hui associés dans l'organisation du concours littéraire des Jeunes auteurs francophones et de la résidence d'écriture pour la marionnette qui se tiendra à Kribi en juillet 2010.
I - Introduction : le Baptême

L'an 2003 et le 10 septembre s'est tenue à Yaoundé, sur l'initiative des dramaturges camerounais et africains, une réunion d'évaluation sur le théâtre africain. L'objet portait alors sur l'apport de l'écriture dramatique africaine sur l'échiquier mondial, et il s'était dégagé ce constat : à quelques exceptions près, les pièces de théâtre du sud ne pèsent pas à l'échelle internationale.
Comme pour tout art, l'œuvre dramatique a besoin d'une certaine rigueur dans son processus d'acheminement. On pense notamment au cadre de création dont les aspects physiques et mentaux se doivent de concourir à l'expression effective et finale de la pensée de l'auteur ; ce qui fait cruellement défaut chez une majorité des jeunes auteurs du sud, partagés qu'ils sont entre leur élan artistique et les contraintes liées à la gestion de leur quotidien.
Depuis 2004 l'association Le Jeune Auteur, créée sous la houlette des auteurs camerounais et africains soucieux de relever le niveau des textes locaux à la dimension internationale, s'active toujours à la promotion des auteurs à travers les résidences d'écriture. Ceci ayant pour corollaire, une multitude d'épreuves et d'expériences, et en somme, une mise en valeur de hauts talents.
L'accueil enthousiaste des frères de la création, l'ambiance amicale dans les travaux en atelier, la fouille dans les bibliothèques, l'engagement prometteur de nos jeunes amis "auteurs en herbe" non résidents et surtout cet échange avec le public averti lors des lectures publiques, tout cela a caractérisé les trois dernières éditions et leur souvenir nous presse à recommencer.

Suite à la rencontre de Bonendale (Douala) entre L'association Le Jeune Auteur (Cameroun) et la Compagnie Des Zonzons de Lyon (Théâtre le Guignol de Lyon - France) où a été signé un partenariat institutionnel entre les deux structures, nous avons trouvé nécessaire de rebaptiser et de redynamiser nos deux activités phares :

- Le concours littéraire LE CAMAROES
- La résidence d'écriture internationale le CAMAROES


L'association le Jeune Auteur et la compagnie des Zonzons ont d'énormes défis à relever vis-à-vis du programme et des objectifs qu'elles se sont assignées. Une résidence d'écriture est d'abord un lieu de partage des expériences culturelles ou mieux une symbiose, une complémentarité, une compression de différentes cultures. Nous pensons à nos amis dramaturges de l'Afrique. Nous pensons à nos amis dramaturges du monde entier afin de pouvoir former un village planétaire d'auteurs francophones.
Nous saurons bien sûr compter sur nos partenaires culturels sans qui notre projet de résidence d'écriture n'aurait jamais commencé. Voila pourquoi notre appel à l'endroit des éditeurs, des bailleurs de fonds culturels et amis de la culture.
L'association le Jeune Auteur et la compagnie des Zonzons, désireuses de promouvoir la langue française et bien sûr les auteurs s'exprimant dans cette langue, offriront en juillet 2010 à Kribi au Sud Cameroun, un espace adéquat pour stimuler l'inspiration et la création, comme une retraite intellectuelle.
Cette quatrième édition, Résidence d'écriture internationale Le Camaroes 2010, regroupera les auteurs dramatiques les plus en vue actuellement dans le monde de l'écriture.
II - OBJECTIFS DE LE RESIDENCE D'ECRITURE LE CAMAROES

1 Objectif général

Il s'agit de maintenir la politique de promotion de la langue française ainsi que les artistes s'exprimant dans cette langue dans les domaines de l'écriture. Le Jeune Auteur s'inscrit dans une logique de partage, dans une logique de théâtre contemporain. Il est question de sortir de la logique du théâtre africain ou occidental, pour parler du théâtre tout court : une logique de partage, une logique du donner et du recevoir.

2 Objectif spécifique

Aménager un espace physique et mental convenable à la création où les auteurs de différents pays vont échanger, guidés par des personnes ressources. Du matériel didactique est mis à leur disposition afin de susciter l'esprit de créativité.

3 Résultats attendus

Assurer la formation durable et efficiente des dramaturges africains par le biais des ateliers.
Produire des textes finis, répondant à une structuration soutenue pour les metteurs en scène et les éditeurs du monde entier.
Favoriser l'émergence d'une écriture contemporaine en Afrique
Créer des pièces de théâtre avec des textes issus de la résidence d'écriture au sein du Jeune Auteur et de la Compagnie des Zonzons


4 Indicateurs objectivement vérifiables

Organisation de travaux en ateliers collectifs
Lectures critiques des manuscrits
Lectures publiques des textes finis
Edition d'un recueil des textes

5 Critères d'évaluation

Les spectacles crées à partir desdits textes
Les textes originaux soumis aux metteurs en scènes et aux éditeurs
Les œuvres éditées disponibles.

III - BILAN DES EDITIONS PRECEDENTES

1 Edition 2006 : LA SEMENCE


La première édition de la résidence d'écriture le Jeune Auteur rebaptisée aujourd'hui Résidence d'écriture LE CAMAROES s'est déroulée durant un mois et demi, du 06 novembre au 18 décembre 2006 à NKOL-MESSENG (Yaoundé).
Quatre personnes ont pris part à cette résidence, toutes connues dans le milieu culturel Camerounais voire même international : Francis BEIDI - Inès BEBEY - BOTOMOGNE - Martin AMBARA.
Les productions :
- Pourquoi est un tourment d'Inès BEBEY
- Le Tic de la barbe du lion de Francis BEIDI
- Noir et Blanc de BOTOMOGNE


L'honneur de diriger les travaux de cette première résidence d'écriture a été accordé à Martin AMBARA, comédien, metteur en scène et auteur camerounais.
Une lecture des textes de cette résidence a été présentée au public à l'espace culturel Le Consulat par la comédienne Clémentine ABENA le 18 décembre 2006.
Le recueil de théâtre NOIR ET BLANC a été dédicacé au Centre Culturel Français de Yaoundé le 14 juin 2007, en même temps qu'une représentation scénique de la pièce Pourquoi est un tourment de Inès BEBEY par la compagnie Théâtre ACOR.

2 Edition de 2008 : LA CONFIRMATION
Organisée à Yaoundé du 1er au 30 juillet 2008, la deuxième édition de la résidence d'écriture aura été une véritable confirmation pour la formule de résidence à thème.Il était question pour le Jeune Auteur d'engager chaque année un thème ou mieux une réflexion sur des sujets d'actualité afin d'éloigner l'écriture d'une simple aventure. Le thème de 2008 était "Homme et Religion sur quelle Balance ?".
Les activités se sont déroulées à l'espace culturel La Maison des Savoirs suivant un programme arrêté par les auteurs résidents et l'Association le Jeune Auteur.
Une quinzaine de personnes ont pris part aux travaux, donc six animateurs d'ateliers

Cinq auteurs résidents dont quatre Camerounais et un Congolais présentaient leurs œuvres :
- Tais-toi et sors de HARVEY MASSAMBA du Congo
- Si je tue il d'Elvis BVOUMA du Cameroun
- La porte ouverte de François NKEME du Cameroun
- La loi du déséquilibre d'Eric Delphin KWEGOUE du Cameroun
- Jeu d'échecs de Chantal BONONO du Cameroun

Le recueil de théâtre ayant pour titre JEU D'ECHEC a été édité par IFRIKIYA.

3 Résidence de 2009
Le premier front répond à une synergie d'associations culturelles.Le Jeune Auteur, partenaire da la Compagnie Le Kozart est amené à apporter son expertise pour une résidence entre auteurs professionnels et sans atelier d'écriture à Bonendale à l'espace culturel Rites et Mythes du 01 Mars au 05 Avril 2009. Elle a regroupé sept auteurs
Le deuxième front concerne la résidence d'écriture du Jeune Auteur. Elle a démarré à l'espace Osmose de Mvo Ada à Yaoundé le 20 Juillet 2009 et s'achevera le 20 Août avec notamment la lecture publique des textes de :
- Nana Delphin Neo
- Ambara Martin
- Botomogne

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Fondation MTN
  • Galerie MAM
  • Institut Français de Douala
  • doual'art
  • Goethe Institut Yaounde