SPLA : Portail de la diversité culturelle
Kamercultures

Du piment sur les lèvres

  • Du piment sur les lèvres
Genre : Portrait
Type : Documentaire
Rubrique : Cinéma/tv
Année de réalisation : 2014
Format : Long

Le premier documentaire sur Valsero, rappeur le plus populaire du Cameroun et ennemi de l'État numéro 1.

Contre 30 ans de règne sans partage sur le Cameroun, des voix s'élèvent, peu nombreuses. Dans ce pays, l'Indignation a un prix. L'une de ces voix est celle du rappeur camerounais Valsero, qui se bat entre les mailles du filet et alterne séjours en prison et concerts interdits. Il dénonce la corruption des institutions du pays, l'inertie des dirigeants face au chômage de la jeunesse, la mauvaise gestion des ressources immenses du pays.
A travers le portrait de cet Indigné, ce film dépeint celui d'une génération surdiplômée condamnée à jouer les vendeurs à la sauvette sur les marchés. Il questionne également la notion d'engagement. Jusqu'à quel prix l'être humain est-il prêt à se battre ? La révolte est-elle un moyen de prouver son existence ?

Réalisatrice : Laurène Lepeytre

France / Cameroun, 2014, Documentaire, 1h10 mins, Langue : français



NOTE D' I N T E N T I O N
En mai 2012, je me rends au Cameroun pour un festival de films. C'est à travers un article de presse que je découvre l'existence de Valsero. Un de ses concerts a encore mal tourné, à Douala. La police est venue interrompre le rappeur en pleine scène, lors qu'il performait aux côtés de Soprano, célèbre rappeur français venu pour l'occasion. Une vingtaine de fans a été arrêtée. Cet artiste combattif attire immédiatement mon attention. L'Afrique est trop souvent enfermée dans des clichés réducteurs, pessimistes et fatalistes. Voici une voix, parmi d'autres, qui se lève contre le fatalisme. Je suis convaincue d'une chose : mon rôle, en tant que réalisatrice, est de mettre en lumière ces initiatives qui bousculent le présent. De même que j'ai relaté en 2011 le combat de jeunes artistes pour la paix entre Chrétiens et Musulmans en Égypte, je souhaite raconter l'histoire de Valsero, "Général" de la jeunesse camerounaise.

Obtenir son contact a été très facile. Les réseaux fonctionnent bien à Yaoundé. J'ai donc rencontré le Général, un midi, dans le patio étouffant de l'Institut Français. Lorsqu'il est arrivé, les émotions qu'il a suscitées en moi ont été surprenantes : une armoire à glace vêtue d'une djellaba de soie bleu marine, capuche et lunettes noires. Une silhouette impressionnante qui impose le respect. Le son de sa voix est de la même teneur. Son sarcasme et le piment de ses mots giflent à chaque instant. C'est ce qui émane de ce personnage que je veux retransmettre. Car son physique est à l'image de son combat. L'homme a l'air profondément déterminé et intransigeant. Ce qui fait de lui un véritable "Général", au-delà du surnom que lui assigné sa foule de fans.

Pourquoi Valsero s'est-il levé? Quel est son message? Je veux questionner à travers lui la situation de la jeunesse camerounaise. On ne choisit pas de vivre dans l'insécurité quotidienne pour rien. On ne s'expose pas aux foudres étatiques par hasard. Je souhaite donc confronter les propos du rappeur à la réalité des rues de Yaoundé. Comprendre pourquoi tant de jeunes diplômés sont au chômage, pourquoi le courant disparaît plus de deux fois par semaine dans les habitations, pourquoi les robinets s'assèchent régulièrement alors que les sous-sols du pays regorgent de richesses. Des dénonciations portées par le rappeur.

Autre enjeu de ce film : à travers cette lutte individuelle, dans un contexte où les Indignés et autres Révolutionnaires se sont emparés du devant de la scène médiatique, je souhaite questionner le concept de Révolte. Pourquoi Valsero s'acharne-il, au péril de sa vie, à faire des vagues sur un terrain boueux et glissant? Pourquoi certains se soumettent, lorsque d'autres choisissent la rébellion? Est-ce un moyen de (se) prouver son existence? L'expression d'une individualité? Ou le besoin vital d'inscrire sa vie dans un combat qui transcende tout une nation?

En 2014, je suis persuadée que le moment est bien choisi pour décrypter au niveau microscopique ces phénomènes qui pourraient être à l'origine de futurs soulèvements au sud du Sahara, comme ce fut le cas en Égypte, Tunisie, Libye, Syrie...

Laurène Lepeytre
www.kisskissbankbank.com/du-piment-sur-les-levres-le-film

Production : PatouFilms International

Articles

1 fiches

Structures

1 fiches

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Fondation MTN
  • Galerie MAM
  • Institut Français de Douala
  • doual'art
  • Goethe Institut Yaounde